Livre d'or | Toc Story
Poster un commentaire

Author
Bravo
Posté par Amour le 07 Mars 2014

Je cite ton amie: En fait, qu’est-ce qu’être normal ? Il vaut mieux que ce qui ne fonctionne pas devienne visible pour pouvoir y remédier, car nombreuses sont les personnes qui refoulent et ne montrent aucun signe de mal-être, et qui pourtant auraient besoin d’aide. À méditer. J'oubliais: A lire aussi, par toute personne qui se trouve dans une relation affective douloureuse avec dépendance. Tout l'amour du monde (inconditionnel), ne fait qu'amener à se soumettre, mais ne change rien chez l'autre... qui veux que le pouvoir. Comme on dit en PNL, quand on a déjà essayé de faire beaucoup de la même chose, il faut faire autrement. Quand la loi du sang est inexistante, il ne reste que le choix de choisir, de prendre des distances, rompre les liens..... Quoi que..... lol lol lol lol

Author
Bravo
Posté par Myriamroure - Psy le 07 Mars 2014

Bravo pour ce partage, et le titre de votre livre est génial !

Author
Bravo !
Posté par Amour le 06 Mars 2014

J'ai lu tout… à lire absolument par tous les parents qui se disent malheureux [b]à cause[/b] d'un trouble de leur enfant… même s'il s'agit d'autre chose que de TOC ou de trouble oppositionnel avec provocation. Comme décrochage scolaire, toxicomanie, addiction à l'alcool et autres… et d'en [b]prendre la responsabilité Quelle bonne idée d'avoir consenti à décrire offrir une expérience et le processus qui a amené à la guérison (qui d'habitude, continue à être secret… via le secret professionnel), c'est tellement plus constructif que la vulgarisation scientifique, qui consiste à citer les observations des symptômes et qui collent une étiquette, peut-être déculpabilisante sur un syndrome mais qui ne fait rien avancer…. A la Freud… Je cite un passage de votre livre: Ensuite, doucement mais fermement, comme un brin agacé, le docteur Dany explique de nouveau que plus je refuserai d'en parler, plus mon fils le ressentira et vivra dedans, d'autant qu'il perçoit ma vulnérabilité face à la phobie et qu'il pousse à fond sur ce bouton. Je suis, une fois de plus, mise au pied du mur et me retrouve culpabilisée lorsque le docteur Dany me lance : « C'est à vous de voir la solution que vous souhaitez. » J'aimerais disparaître par un petit trou de souris. (...) Réponse au docteur : Je comprends que vous soyez lassé de mon mutisme et du fait que l'on ne puisse plus avancer dans la thérapie, puisque je la bloque en ne me dévoilant pas. Dans ces conditions et à mon très grand regret, je vous informe que je ne prendrai pas d'autres rendez-vous avec vous puisque je ne peux pas répondre favorablement à votre demande. (…) Sincèrement, du fond du cœur, merci pour ce chemin accompli ensemble et veuillez me pardonner pour ma lâcheté qui empêche, peut-être, mon fils de sortir de cet enfer. Même si, comme vous dites que le psy à su vous apprivoiser, n'oubliez pas qu'il était payé pour, ce n'est qu'à cette condition, ou par celle d'un amour vrai, le force et la confiance d'un lien sans peur de perdre, qui n'évite pas de temps à autre "la sévérité", la séparation, que ça soit possible...... Félicitez-vous plutôt d'avoir pris le temps qu'il fallait, et d'avoir pris « la responsabilité du problème » (plutôt que la responsabilité de protéger votre famille du problème, du conflit) et d'avoir affronté vos propres peurs… car elles se distillent toujours comme un poison au travers d'un des enfants … Bravo d'avoir libéré votre fils avant sa majorité, d'un secret que finalement, il portait… Il m'a fallu 20 ans de recherche pour trouver celui de ma mère… dans un journal… j'avais 58 ans… C'est moi qui en portais le poids… Je m'étais sans doute organisée pour vivre dans une polarité, : d'un coté l'exclusion dont elle a su se protéger, mais qu'elle croyait mériter… et de l'autre mon obstination à trouver une communauté sortie de la rigidité destructrice d'esprit de nos ancêtres, et à laquelle j'avais envie d'appartenir… Merci à moi… aucun de mes enfants n'a été contaminé ... j'ai brisé la chaîne pour moi-même d'abord et pour mes petits enfants… (Un problème peut sauter une génération) Et comme votre médecin à raison, rêver de sa propre mort, est annonciateur d'une renaissance … arrive alors, la lumière au bout du tunnel… Merci pour ce don... Bonne continuation….